Le business plan: comment chiffrer son projet ? - Afrocadre
Home / Création d'entreprise  / Le business plan: comment chiffrer son projet ?

Le business plan: comment chiffrer son projet ?

Créer son entreprise est un vrai engagement pris par l’entrepreneur. Il injectera dans son idée tout ce qu’il a : du temps, de l’énergie, de l’argent.

La plupart des entreprises ont du mal à passer le cap des 3 ans. Ce sont les années pendant lesquelles votre projet est le plus rudement testé. En se lançant dans un projet , il vous faudra mettre toutes les chances de votre côté en construisant de bonnes bases.

Une fois que vous avez l’idée, il vous faudra avant tout établir un business model. Le business model servira à déterminer comment l’entreprise crée de la valeur ajoutée, comment elle génèrera un chiffre d’affaires. De là, découlera la manière dont les charges de la société seront calculées. Vous pourrez ainsi répondre à la question : de quoi avez vous besoin pour générer votre chiffre d’affaires ?

Prenons l’exemple d’une entrepreneure qui décide de créer un salon de coiffure afro. Son business model consistera à générer un Chiffre d’Affaires via le paiement des prestations de ses clientes sur place. Imaginons également qu’elle décide de commercialiser des produits naturels pour cheveux afros auprès de cette même clientèle. Cette activité annexe sera également génératrice de revenus, et donc de chiffre d’affaires.

A ce stade, deux questions doivent se poser : de quoi avez vous besoin pour concrétiser cette idée? Combien cela vous coûtera ?

Une fois le Business Model établi, la seconde étape est de fixer les objectifs commerciaux. Pour se faire,  il vous faudra établir le prix des prestations et déterminer le nombre de clientes que le salon pourra accueillir par jour. Ces deux éléments vous donneront le chiffre d’affaires par jour et ensuite par an.

La troisième étape est l’établissement du plan de financement.Le plan de financement est toujours à établir sur 3 ans. C’est l’une des bases de tout projet entrepreneurial.Il se composera de deux volets : les besoins du projet et les ressources générés.

1. Les besoins

Les frais d’établissement 

Cela peut-être des honoraires d’expert comptables, des frais juridiques liés à la création de votre société, des frais de publicité de démarrage.

Les investissements incorporels 

Exemple de la création d’un site internet : de quel type de site s’agit-il ? Un site vitrine qui présente le salon et les prestations ? Un site plus élaboré sur lequel les clientes pourront prendre directement RDV ?

Les investissements corporels

-Le local : le local est indispensable. Il renvoie alors à la problématique de la localisation. Où est-ce qu’il faut que vous implanter afin de capter votre cible (femmes afros cadres qui ont un pouvoir d’achat conséquent) ?

En fonction de l’endroit où l’on s’implante il faudra tenir compte des coûts de la localisation. Un loyer dans paris sera différent d’un loyer en banlieue. Le bailleur exigera-t-il des garanties sur loyer ? A -t-on besoin de faire des travaux dans le local ? En général la réponse à cette question est oui. Nous avons besoin de chiffrer le montant de ces travaux.

-Matériel : sèche-cheveux, fer à lisser, casques, brosses…Nous avons besoin de faire le tour de certains fournisseurs, faire un benchmark afin de tomber sur les prix les plus intéressants.

Le besoin en fond de roulement (BFR)

Le BFR est le besoin généré par l’activité de la société.Il faudra indiquer dans le tableau de financement l’accroissement du BFR sur les 3 prochaines années.Pour rappel le BFR simplifié se calcule comme suit:

(Stocks + Créances clients + Autres créances) – (Dettes fournisseurs + Dettes fiscales & sociales)

Pour notre activité , le BFR de base sera calculé en fonction du stock (marchandises) que l’on constituera auprès de nos fournisseurs de produits naturels afro.

L’avantage pour ce type d’activité (salon de coiffure) est que le poste “Créances clients” sera presque inexistant car les prestations et les produits seront payées au comptant.

Certaines activités (restauration, grande distribution) arrivent même à générer un BFR négatif. Cela signifie que l’activité d’exploitation n’a besoin que de peu de fonds. Elle est génératrice de revenus.

Le remboursement des emprunts

Il faudra évidemment tenir compte du remboursement des prêts qu’on aura contracté auprès d’investisseurs ou des banques. Cette ligne est à remplir en dernier. En faisant le total des besoins, nous aurons chiffré le projet et nous pourrons avoir une idée du montant qu’il faudra investir dans le projet afin de le concrétiser.

2. Les ressources

Il faut noter que les ressources doivent être obligatoirement égales aux emplois. Il faut que les ressources dont disposent la société couvrent les besoins générés par l’activité. C’est la base du plan de financement.

Le capital

Correspond aux fonds qui seront injectés par l’entrepreneure dans la création de sa société. C’est le capital social.

Les comptes courants d’associés

Correspond à des prêts qui sont parfois accordés par les associés de la société à la société.

La Capacité d’Autofinancement (CAF)

Elle découle du résultat net auquel on rajoute les dotations aux amortissements.
Ce résultat net est calculé à partir du compte de résultat prévisionnel que l’on doit effectuer pour la société. Ce compte de résultat décrira d’un côté toutes les charges liées à l’activité (achats de la marchandise, stocks, salaires versés aux coiffeuses/coiffeurs, factures d’électricité, eau, loyers versés …) et les produits (principalement le chiffre d’affaires).

La CAF peut être négative la 1ere année d’activité (résultat net négatif). Mais les années suivantes, elle constitue une vraie ressource pour la société.

Les subventions

Peuvent correspondre à des aides à la création d’entreprises accordées par l’Etat.

Les prêts participatifs

Souvent des prêts accordés par des crowdfunders.

Les emprunts MLT

On inscrit ici le montant des prêts accordés par les organismes financiers.

Le plan de financement vous  permet de chiffrer votre projet. Ce document vous sera demandé par les investisseurs et les banques. Il permet de tester la cohérence et la solidité de votre projet.

Il doit être accompagné d’un compte de résultat prévisionnel sur trois ans qui est indispensable pour évaluer le résultat net ou bénéfice (cf calcul de la CAF) ainsi qu’un prévisionnel de trésorerie sur un an qui va détailler mois par mois les dépenses qui seront engagées par la société.

Plus le business plan est complet et cohérent, plus le projet accroît ses chances de passer le cap des 3 ans et plus les organismes financiers sont enclins à accorder des prêts.

Mama Kadiatou Diallo
Conseillère de Clientèle Professionnels à la Société Générale.
Mama Kadiatou Diallo on Linkedin

mama.kadiatoudiallo@gmail.com

Conseillère de Clientèle Professionnels à la Société Générale.

Review overview
1 COMMENT
  • Anita Katupa 10/01/2018

    Tres belle reflexion en peu des mots mais l’essentiel est dit avec cas pratique!!! Coup d chapeau a la redactrice de l article!!

POST A COMMENT

error: Content is protected !!