Home / Culture  / Litterature  / Chimamanda Ngozi Adichie, la romancière Nigériane.

Chimamanda Ngozi Adichie, la romancière Nigériane.

Chimamanda Ngozi Adichie est une écrivaine nigériane, originaire d’Abba dans l’État d'Anambra, au Sud-Est du Nigeria.

Chimamanda Ngozi Adichie est une écrivaine nigériane, originaire d’Abba dans l’État d’Anambra, au Sud-Est du Nigeria.

Née dans la ville d’Enugu, elle grandit dans la ville universitaire de Nsukka au sud-est du Nigeria. Durant son enfance, son père enseignait comme professeur de statistiques dans une Université, et sa mère en était la Responsable du bureau de la scolarité.

À l’âge de 19 ans, elle quitte le Nigeria pour les États-Unis. Après avoir étudié à la Drexel University de Philadelphie en Pennsylvanie, Chimamanda Ngozi Adichie opte pour l’Eastern Connecticut State University afin de vivre plus près de sa sœur, qui exerçait la médecine à Coventry (actuellement à Mansfield, CT). Elle poursuit là ses études en communication et en Sciences Politiques. En 2001, elle y décroche son diplôme universitaire avec une mention honorifique. Elle achève ensuite un Master en création littéraire à l’université Johns Hopkins de Baltimore en 2003. Elle obtient un M.A. (Maîtrise ès arts) d’Études Africaines à l’Université de Yale en 2008. La même année, elle intervient comme « écrivain visiteur » à l’Université wesleyenne (Wesleyan University) de Middletown dans le Connecticut où elle participe à la collection Wesleyan’s Distinguished Writers Series.

Son premier roman, L’Hibiscus pourpre (Purple Hibiscus), est un roman d’initiation où un frère et une sœur finissent par retrouver leur voix. Publié en 2003 et loué par la critique, il est déclaré meilleur  livre du prix littéraire Commonwealth Writers’ Prize en 2005.

« Il est facile de romancer la pauvreté, de voir les gens pauvres comme intrinsèquement manquant d’agence et de volonté. Il est facile de les dépouiller de la dignité humaine, de les réduire à des objets de pitié. Cela n’a jamais été plus clair que dans la façon dont l’Afrique est dépeinte dans les médias américains, où l’on nous montre sans contexte comme étant la définition de la pauvreté et de conflits incessants. »

Son second roman, L’Autre Moitié du soleil (Half of a Yellow sun), paru en 2006, tire son nom du drapeau de l’éphémère nation du Biafra et se situe avant et durant la Guerre du Biafra où l’on suit la vie de deux sœurs qui sont séparées par cette guerre. Publié par Knopf/Anchor en 2006 (en France par Gallimard le 25 septembre 2008 pour sa traduction française), il est couronné par le prix Orange Prize for Fiction en 2007.

Son troisième ouvrage, le recueil de nouvelles The Thing Around Your Neck, paraît en Avril 2009. En 2013 paraît son quatrième ouvrage, un roman intitulé Americanah; il suit le parcours d’une jeune femme nigériane émigrée aux États-Unis et d’un jeune homme émigré, lui, au Royaume-Uni. Le titre renvoie à la façon dont les Nigérians appellent les expatriés qui reviennent des États-Unis. Son adaptation au cinéma est prévue avec Lupita Nyong’o dans le rôle principal.

Elle intervient dans le dernier album de Beyoncé en 2013 sur le titre « Flawless » dans lequel une partie de son discours We should all be feminists (nous devrions tous êtes des féministes, discours traduit en français sous le titre « Nous sommes tous des féministes »), qui a été prononcé pour une conférence TEDx en Décembre 2012), est « samplé » dans l’album 4.

Elle donna un discours remarquable au TEDx sur  « The danger of a single story » (Le danger d’une histoire unique), ou la nécessité pour les voix Africaines d’écrire eux-mêmes notre histoire afin de n’avoir plus la vision négative que nous voyons du continent partout dans les media occidentaux.

Oeuvres:

  • Purple Hibiscus, 2003.
  • Half of a Yellow Sun, 2006.
  • The Thing Around Your Neck, 2009.
  • Americanah, 2013.
  • We Should All Be Feminists, 2014

Links:

La Rédaction

redaction@afrocadre.com

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT

error: Content is protected !!