Home / Gestion de carrière  / Période d’essai : les erreurs à ne pas commettre

Période d’essai : les erreurs à ne pas commettre

La période d'essai est une période "test" qui permet au collaborateur de vérifier si le poste correspond réellement à ses attentes et à ses compétences et à l'entreprise d'évaluer les savoir-être et faire de

La période d’essai : l’entreprise et le candidat apprennent à se connaître.

 

L’employeur peut évaluer les compétences du salarié dans l’exécution de son travail. Il vérifie l’adéquation entre l’expérience vendue  tout au long du processus de recrutement et les compétences nécessaires pour exercer le poste vacant . 

 

Il n’existe aucune disposition légale imposant la période d’essai comme première phase d’exécution du contrat de travail. L’employeur et le salarié sont donc libres d’en prévoir une ou non. Dans l’usage, la période d’essai est toujours indiquée dans les contrats de travail.

 

 

Si la loi n’oblige pas à recourir à la période d’essai, la convention collective de l’entreprise peut imposer cette obligation. Dans ce dernier cas, l’employeur sera tenu de prévoir une période d’essai dans les contrats de travail de ses salariés.La période d’essai et la possibilité de son renouvellement doivent être expressément stipulées dans le contrat de travail ou la lettre d’engagement.

 

La période d’essai ne pourra être renouvelée une fois que si un accord de branche étendu le prévoit. Cet accord fixera les conditions et les durées de renouvellement. Si rien n’est prévu dans l’accord de branche/Entreprise, il est impossible de recourir au renouvellement de la période d’essai, même avec l’accord du salarié.

 

La durée de la période d’essai dépend de la typologie du contrat de travail et de la catégorie des salariés. Elle est d’un mois pour les CDD (contrats à durée déterminés). Pour les CDI (contrats à durée Indéterminés): 2 mois pour les ouvriers et les employés ; 3 mois pour les agents de maîtrise et les techniciens ; 4 mois pour les cadres. La durée de la période d’essai se calcule en jours calendaires et reste identique que l’emploi soit à plein temps ou non.

 

Erreur N°1 : ne pas analyser l’environnement et identifier les codes

 

La période d’essai sert de tests pour les deux parties, il est donc impératif pour le salarié aussi bien que l’employeur de bien négocier ce virage. Le salarié ne doit pas tomber dans le piège qui consiste à considérer cette période comme une simple formalité en faisant preuve de négligence ou de laxisme dès les premiers jours de son embauche.

 

Toutes les entreprises ont des codes, et il est donc  impératif dès l’entrée dans l’entreprise de les identifier pour mieux appréhender son nouvel environnement de travail. Observez l’environnement,écoutez soigneusement, et surtout prenez des notes.

 

Certains salariés s’appliquent souvent  dans l’accomplissement de leur travail de manière à être irréprochable, en revanche, ils ne prêtent pas souvent attention à l’environnement ainsi qu’aux codes qui les régissent surtout lors de l’intégration dans une  équipe . Une des clés, c’est de veiller à bien discerner les différentes personnalités qui composent cette équipe: les influenceurs, les leaders, les followers etc.

 

Erreur N°2 : ne pas être soi-même et jouer un rôle pour s’intégrer facilement.

 

Je crois fermement qu’un salarié n’est plus uniquement recruté pour ses compétences, mais également pour son réseau et sa personnalité. Une fois dans l’entreprise, de peur d’être rejeté par les autres, certaines personnes décident de rentrer dans des cases et faire comme tout le monde.

 

Le risque lorsque vous décidez de ne pas être vous même est de passer pour une hypocrite lorsqu’une situation lambda révèlera votre identité, voire même une manipulatrice. Soyez vous même.Soyez vraie. Cela permettra à votre manager de scerner votre personnalité, afin de choisir  les missions (ou responsabilités) à vous confier.

 

En m’adressant aux personnes notamment celles issues de l’immigration, j’ai tendance à dire que notre intégration dans les entreprises ne doit pas se faire au détriment de notre identité. Nous devons avant tout rester nous-même et enrichir l’entreprise de notre personnalité pour créer une vraie diversité au sein des équipes. Il est donc primordiale de rester soi-même durant la période d’essai.

 

 

Erreur N°3 : le manque d’honnêteté

J’ai connu un salarié qui venait de se faire embaucher et qui s’est vu mettre un terme à sa période d’essai la veille de la fin de sa période d’essai pour avoir menti sur ses références. Il y a une tendance assez répandue de gonfler son CV ou de tricher sur ses références pour obtenir des postes.

 

Attention à cette pratique dont les conséquences peuvent être catastrophiques. Cette personne avait réussi à faire illusion, mais l’employeur qui avait un doute sur les performances du salarié en voulant vérifier les références de son collaborateur a découvert la supercherie et à mis un terme immédiatement à la période d’essai.

 

Erreur N° 4 :  oublier de construire son réseau au sein de l’entreprise 

 

Ne pas attendre de passer sa période d’essai pour commencer à construire son réseau au sein de l’entreprise ou de l’équipe intégrée. Cela passe par la découverte des réseaux qui existent déjà au sein de l’entreprise : réseaux féminins/Masculin, réseaux de jeunes etc…

 

Trois  mois après avoir rejoint mon entreprise, j’ai intégré le réseau des femmes et cela m’a non seulement permis de rencontrer des femmes de profils différents, mais également de comprendre l’organisation de mon entreprise qui était en pleine réorganisation.

 

J’ai pu ainsi constituer assez rapidement un réseau, en devenant moi-même animatrice de réseau. Ce networking s’est avéré nécessaire lorsque j’ai entamé quelques années plus tard mon projet de mobilité au sein du groupe.

 

Joly Andres

joly.andres@orange.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT

error: Content is protected !!